Après le numéro 1 de Noor accueilli au printemps 2013 dans la liesse, voici le numéro 2, plus difficile à monter, plus exigeant, car il installe dans la durée notre vision du monde, illustre nos choix et nos convictions. De fait, avant d’être un projet éditorial, Noor témoigne d’un esprit d’ouverture et de tolérance, une joie de vivre contagieuse, un moment où l’on respire. Noor se fait cependant aussi l’écho de la souffrance des hommes et des femmes qui luttent pour leur liberté, pour leur dignité. On les trouve partout : en Égypte, en Turquie, en Tunisie et en
Afrique du Sud, lorsque cette nation arc-en-ciel focalisa l’attention autour de la mort de Madiba, son grand leader. Pour Noor, il s’agit bien de mettre de l’Histoire là où il n’y a que furie humaine, d’invoquer le métissage culturel au moment où de nouveaux murs se dressent, de plaider la diversité au temps du racisme ordinaire, désormais assumé, sans retenue. Comme un heureux symbole, les arbres du parc Gezi d’Istanbul nous sauvent de la désertification des coeurs, le pacte écologique ne pouvant être rompu sans qu’il y ait alors rupture sociale et humaine. Décidément, la culture est un baume pour apaiser les âmes et les coeurs, nourrir les esprits; elle est notre argument.


Malek Chebel

Cliquez sur la couverture pour en savoir plus sur la revue

Voici la première livraison de Noor. Lorsqu’un numéro 1 paraît au printemps, cela peut présager d’une naissance réussie, c'est en tout cas à nos yeux un bon prélude à une pensée libre autour du Vivre Ensemble et a fortiori avec l’islam. Nous voici résolus et confiants, car rien ne peut se produire sans que notre énergie et notre fraîcheur ne soient préalablement mises au service d’une passion commune, un beau projet. Dans cette première livraison, on trouvera quelques-unes de nos plus profondes aspirations qui ont trait à la justice, l'ouverture,
le progrès, l'universalisme, l'humanisme… Les nombreux talents que nous avons réunis dans ce sommaire en sont une belle illustration, nouveau pont de lumière sur une aspiration collective — plus profonde qu'on ne le croit en ces temps de crise aiguë. Ici, en France et dans le reste du monde, celle-ci reste la plus sûre et le seul augure pour un monde meilleur.


Malek Chebel

Cliquez sur la couverture pour en savoir plus sur la revue
 Fellag , Atiq Rahimi, Michel Vinaver, Ismaël Kadaré, Marc Ferro,  Nadia El - Fani , Darina Al - Jou